Il y a quelques semaines, à l’occasion de la conférence I/O 2018, Google avait fait sensation en dévoilant Duplex, une intelligence artificielle capable de passer des coups de fil à notre place. Ce qui a frappé l’audience, c’est l’aspect naturel des échanges entre la machine et son interlocuteur humain. Les deux se répondaient comme dans une véritable conversation. Duplex est encore au stade expérimental et devrait, à terme, être déployé dans Google Assistant.

Mais Google n’est pas le seul à chercher le Graal de la conversation naturelle. Comme pour montrer qu’il n’était pas à la traîne, Microsoft vient  d’annoncer le rachat de Semantic Machines, une jeune pousse californienne qui a créé une intelligence artificielle capable de mener des conversations naturelles. Au cœur de cette technologie se trouve un « moteur de conversation », un logiciel capable de procéder en temps réel à une analyse sémantique des propos de son interlocuteur, en s’appuyant sur des algorithmes d’apprentissage profond. Cette analyse permet à l’IA d’identifier le contexte et l’objectif de la demande et, par conséquent, d’entretenir une véritable conversation.  

Sur son site, Semantic Machines donne ainsi l’exemple d’un achat de TV 4K. L’utilisateur ne se limite pas à donner des commandes, mais discute avec l’assistant pour déterminer l’offre la plus pertinente.

Dans un autre exemple, Semantic Machines donne l’exemple d’un utilisateur qui veut retrouver le nom d’un acteur qu’il a vu dans un film.

Un tel niveau de conversation serait une véritable avancée. Les assistants  actuels sont en effet incapables de s’engager dans une véritable discussion avec les utilisateurs. Leur capacité de compréhension se limite encore à des commandes simples : « quel temps fait-il ? », « mets le minuteur à 3 minutes », « comment aller à telle adresse ? », etc.

Au sein de Microsoft, Semantic Machines va devenir un « centre d’excellence de l’intelligence artificielle conversationnelle ». Sa technologie devrait, à terme, être intégrée dans les différents produits de l’éditeur. L’assistant intégré à Windows, Cortana, devrait évidemment en profiter. Mais aussi les services cloud professionnels comme Microsoft Cognitive Services ou Azure Bot Services.

Au passage, Microsoft souligne avoir déjà mis en production un robot conversationnel de nouvelle génération. Il s’appelle XiaoIce et aurait déjà plus de 30 milliards de conversations à son actif en Chine, où il serait utilisé par plus de 200 millions de personnes. Selon Microsoft, les conversations avec XiaoIce durent parfois jusqu’à 30 minutes. Bref, c’est un nouveau chapitre qui s’ouvre dans la guerre des assistants vocaux. Le vainqueur sera celui qui aura développé… la meilleure pipelette virtuelle.   

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original