Grâce au règlement RGPD, il est désormais possible de télécharger ses données personnelles sur les principaux services en ligne. Ce qui a fait germer une idée peu banale dans l’esprit d’Oli Frost, un écrivain, développeur et réalisateur londonien. Pourquoi ne pas les vendre directement à quelqu’un ? Il a téléchargé ses données personnelles sur Facebook et a mis la totalité en vente sur eBay : ses photos, ses vidéos, ses messages, les choses qu’il aime, les noms de ses amis, etc. « La semaine dernière, j’ai reçu un tas d’e-mails à propos du RGPD. Les entreprises me disaient à quel point mes données étaient importantes et précieuses pour elles. Je me suis rendu compte que je leur ai livré mes données pour rien pendant des années, et j’ai donc décidé qu’il était temps d’en tirer profit », explique-t-il auprès de Motherboard, un peu narquois.

L’annonce a été mis en ligne dimanche dernier avec un prix de départ de 99 pence, tout en précisant que la somme finale serait versée à l’association Electronic Frontier Foundation. En quelques jours, les données ont attiré 44 enchérisseurs et atteint la sommes 300 livres (environ 340 euros). Mais l’annonce a finalement été supprimée par eBay. La raison invoquée par le site d’enchères est assez fallacieuse : cette vente pourrait contrevenir aux conditions d’utilisation de Facebook ! « C’est ma faute, j’avais l’impression que mes données personnelles m’appartenaient », souligne Olie Frost dans une ironique note de blog.

Sur Twitter, ils sont nombreux à applaudir le pied de nez d’Oli Frost aux géants du web. Ce n’est pas la première fois que ce touche-à-tout de 26 ans se moque de la Toile et de son écosystème. Par le passé, il a créé Lifefaker, un site qui permet de se créer une identité parfaite sur les réseaux sociaux, avec à la clé des photos de vacances de rêve et de petit(e)s ami(e)s sexy. Il a également parodié le site de financement participatif Kickstarter avec « Flopstarter », une « plateforme pour les mauvaises idées ». Bravo l’artiste.

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original