L’appât du gain : c’est ce qui a motivé Rafal Zgoda il y a un peu plus d’un an et demi à se lancer dans l’aventure du minage de cryptomonnaies. Voilà ce qu’il explique sans fard à notre équipe de reportage. Mais comme vous allez le voir dans notre reportage, ce jeune développeur de 23 ans est loin d’être seulement motivé par l’argent. 

Un expert de la blockchain

Rafal est ingénieur et développeur Blockchain chez Futurs.io, une agence d’innovation qui crée des programmes (smart contracts) qui profitent de la Blockchain. Mais cet accro aux GPU a aussi la chance d’avoir des parents plutôt sympas et compréhensifs. Car c’est chez eux qu’il vit et héberge non moins d’une dizaine de rigs disséminés partout dans la maison. Chacun comprend plusieurs cartes graphiques qui tournent à plein régime, jour et nuit, hiver comme été.

Une précision saisonnière qui a son importance quand on sait que ces machines en activité dégagent énormément de chaleur. A tel point que pendant tout l’hiver dernier, la famille a pu se passer de faire fonctionner le chauffage à la maison, malgré les vagues de froid sibérien que l’on a connues.

1000 euros de facture d’électricité… par mois

Ses dix rigs, Rafal Zgoda a choisi de leur faire miner principalement de l’Ether, selon lui la cryptomonnaie la plus rentable à produire. Avec ce qu’il obtient en Ether, il achète ensuite d’autres cryptomonnaies, et gère son « Wallet » quotidiennement. Jamais tous ses œufs dans le même panier : un peu de Bitcoin, de l’Ether, du Iota, quelques billes en Neo et Zcash lui assurent une diversification rassurante.

Aujourd’hui, son portefeuille vaut aux alentours de 15 000 euros. Cela fluctue d’un jour à l’autre à la faveur des hausses et baisses de cours de chaque cryptomonnaie. Ce qui ne fluctue pas en revanche, c’est la facture d’électricité monstre. Chaque mois, Rafal verse en effet 1000 euros à ses parents pour EDF . Les marges qu’il dégage, il n’y touche pas, plus intéressé par l’idée de faire un beau « coup » dans quelques années quand – selon ses projections, son portefeuille aura atteint plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Une passion mue en activité professionnelle

A court terme, Rafal compte rentabiliser autrement cette nouvelle passion. Avec un ami, il vient en effet de créer une société spécialisée dans la conception et la vente de matériel de minage, qu’ils ont baptisée Nice Mining Rig. Un marché encore confidentiel mais qu’il imagine se développer rapidement dans les années à venir. C’est en tout cas ce qu’il espère.

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original