Historiquement, Apple n’a jamais fabriqué d’écran. Allié à Japan Display, Sharp, LG ou Samsung, la marque passe d’importantes commandes à ses partenaires, impose des cahiers des charges exigeants, et veille enfin à la calibration des couleurs, ce qui explique l’avance de l’iPhone dans le domaine.
Selon Bloomberg, Cupertino cherche activement à gagner en indépendance, et veut devenir son propre concepteur d’écrans. À Santa Clara en Californie, 300 employés d’Apple sont en charge du développement d’écrans microLED, dans une usine « secrète » de près de 6000 m2. Ils participeraient à un projet secret baptisé T159.

La fin de l’OLED ?

Avec l’iPhone X, Apple s’est mis à l’OLED. Grâce à Samsung Display, son unique fournisseur, la marque a enfin proposé un smartphone bénéficiant des avantages de cette technologie comme un taux de contraste infini ou des diodes émettant leur propre lumière, capables donc d’afficher des noirs presque parfaits. Une technologie meilleure que le LCD en apparence, mais qui présente quelques défauts.

Faite de composants organiques, une dalle OLED dispose d’une durée de vie inférieure à celle des écrans LCD, dont l’espérance de vie ne cesse d’être revue à la hausse. Au bout de quelque temps, les dalles OLED peuvent commencer à déformer les couleurs ou à présenter des brûlures d’écran.
Inventé en 2000, le microLED permet de conserver les avantages de l’OLED tout en se débarrassant de ses défauts. En utilisant des diodes à base de nitrure de gallium, un matériau non organique, les microLED devraient durer plus longtemps et sont données pour être beaucoup plus lumineuses. 

En 2014, Apple rachetait LuxVue et faisait ses premiers pas dans le monde du microLED. La marque avait ensuite ouvert un « Technology Center » à Taïwan pour faire de la R&D sur cette technologie, avant de rapatrier ses employés en Californie l’année dernière.
Aujourd’hui, 300 employés seraient en charge du développement de cette technologie à l’usine de Santa Clara, et travailleraient activement à la conception d’écrans « made by Apple ». Le projet serait supervisé par Lynn Youngs, un vétéran d’Apple qui avait contribué aux premiers écrans des iPhone et iPad.

Notons que l’enjeu est aussi économique pour Apple. La mise en place de cette petite usine a coûté cher et vraisemblablement pris du temps. Mais être indépendant de Samsung, LG ou Sharp semble primordial pour la marque qui éviterait de partager des informations confidentielles avec des concurrents directs.
Néanmoins, Apple devrait toujours recourir à des partenaires extérieurs pour produire ses dalles microLED, Foxconn peut-être. Depuis 2010, Apple conçoit ses propres CPU, la marque a lancé sa première puce graphique avec les iPhone 8 et iPhone X. Cette volonté de concevoir ses écrans serait un pas de plus vers un contrôle de plus en plus poussé sur le matériel embarqué dans ses produits. Un moyen de se distinguer de la concurrence.

Difficultés de production 

Depuis ses premiers tests, le microLED a toujours été compliqué à concevoir. Selon Bloomberg, Apple aurait même failli jeter l’éponge il y a environ un an. Désormais des premiers prototypes d’Apple Watch à écran microLED existeraient et confirmeraient l’important gain de luminosité, mais l’entreprise serait encore loin de pouvoir en produire en quantité suffisante pour équiper un produit à vocation commerciale. L’attente serait encore plus longue pour les iPhone qui n’adopteraient pas la technologie avant 3 à 5 ans. 

En attendant, Apple devrait continuer à exploiter la technologie OLED dans ses futurs produits. Cette année, la marque devrait présenter un nouvel iPhone X et un iPhone X Plus, dont les écrans seraient fabriqués par Samsung et LG. Un troisième modèle, moins coûteux, conserverait la technologie LCD.
Selon DigiTimes, Apple aurait commandé entre 250 et 270 millions d’écrans pour équiper ses différents modèles d’iPhone. Entre 110 et 130 millions d’entre eux seraient de technologie OLED.

Source :
Bloomberg

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original