Mise à jour du 29 novembre 2017 :

Depuis quelques jours, une nouvelle théorie circule sur le créateur du Bitcoin. Elon Musk se cacherait derrière le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, celui qui a mis au point la crypto-monnaie entre 2008 et 2010. Mais l’ingénieur n’a pas tardé à démentir l’idée sur Twitter, à la suite de l’interpellation d’un internaute.

« Ce n’est pas vrai. Un ami m’a envoyé une fraction de Bitcoin il y a quelques années mais j’ignore où elle se trouve », a-t-il ainsi répondu. Cette déclaration un peu désinvolte peut également indiquer qu’Elon Musk ne s’intéresse pas vraiment au sujet. Les plus méfiants pourront toujours penser qu’au contraire il cherche à brouiller les pistes.

Article original daté du 27 novembre 2017 :

Satoshi Nakamoto, c’est un peu comme l’homme au masque de fer dont on ne connaît toujours pas l’identité. Derrière ce pseudonyme japonais se cache le -ou les- concepteur(s) de la monnaie virtuelle bitcoin que personne n’a encore réussi à confondre. Un mystère qui alimente tous les fantasmes. Et une nouvelle hypothèse un peu folle vient de surgir.
Satoshi Nakamoto pourrait être… Elon Musk, l’ingénieur et homme d’affaires de génie à la tête notamment de Tesla. C’est un ancien stagiaire de Space X qui l’affirme. Ce qui ne manquera pas de susciter la curiosité au moment où le cours du bitcoin s’envole et vient de dépasser pour la première fois les 9000 dollars ce dimanche 26 novembre.

Sahil Gupta est étudiant en informatique à l’Université de Yale. Il est passé par les murs de Space X en 2015. Il vient de publier sa théorie sur le site Medium. Avec quelques arguments à la clef.

bitcoin

Elon Musk aurait le profil idéal

Pour commencer, Elon Musk aurait la formation et l’expérience adéquates. Il possède des connaissances en économie et en cryptographie, tout en maîtrisant le langage de programmation C++. C’est aussi et surtout un impressionnant autodidacte, capable de révolutionner un marché dont il ne connaît rien initialement. Ce fut le cas avec son concept de fusées réutilisables avec Space X. Et il s’apprête à renouveler cet exploit avec le projet de train supersonique Hyperloop. Il y a également son penchant pour résoudre des problèmes en rédigeant des livres blancs. Avec des éléments et des tics de langage qui seraient présents dans le papier inaugural sur le bitcoin signé Nakamoto.

Il y a enfin la conjoncture. En 2008, année à partir de laquelle le bitcoin a été échafaudé, Elon Musk avait déjà revendu Paypal. Il se trouvait depuis 2002 à la tête de Space X et venait de prendre le contrôle de Tesla. Une période particulièrement tourmentée pour l’homme d’affaires avec une sacrée déroute financière à cause de la grande récession. Cela aurait pu l’inciter à se défier du système bancaire. Mais Musk a affirmé publiquement ne posséder aucun Bitcoin. Ce n’est pas une contradiction pour Sahil Gupta qui l’imagine mettant fin lui-même à sa petite fortune en bitcoin, ce qui expliquerait que le pactole de Nakamoto se soit volatilisé.

Enfin, il y a ce tweet mystérieux posté en 2014 :

Plusieurs fausses révélations

Ce message faisait suite au démenti de Dorian Nakamoto affirmant qu’il n’était pas Satoshi Nakamoto, cet Américano-japonais qu’une journaliste de Newsweek avait cru identifier comme le fondateur du Bitcoin. Le retraité avait été harcelé par des cohortes de reporters malgré ses dénégations. La démonstration de l’étudiant peine toutefois à convaincre, faute de preuves solides. On imagine que d’autres personnalités pourraient tout aussi bien aligner le même type d’éléments concordants.

Dorian Nakamoto dans l'article de Newsweek.

Depuis cette malheureuse affaire Dorian Nakamoto, il y a eu aussi la tentative de supercherie de l’Australien Craig Wright qui a prétendu en 2015 être le fameux Satoshi Nakamato, avant de disparaître piteusement et momentanément du Web. Le mystère reste donc aujourd’hui entier et cette dernière hypothèse sur Elon Musk ne risque pas d’y mettre fin vu sa légèreté.

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original