4425. C’est le nombre – astronomique, c’est le cas de dire – de satellites que SpaceX entend expédier, dans un premier temps, dans l’espace pour créer le maillage nécessaire à la couverture de la planète par un réseau satellitaire destinés à l’accès à Internet.

La FCC, Commission américaine en charge des communications, et donc des fréquences, vient de donner son aval à la mise en place de ses appareils. Il faudra toutefois que SpaceX se presse un peu. La société a six ans, jusqu’au 29 mars 2024, pour mettre en place la moitié de ses satellites qui composeront le service Starlink.

Avec cet accord, SpaceX raccroche les wagons avec d’autres projets identiques, Comme OneWeb ou Spire. Néanmoins, le chemin à parcourir est encore long. Dans un communiqué adressé au site TechCrunch, Gwynne Showell, COO de SpaceX, indiquait d’ailleurs : « Bien que nous ayons encore beaucoup à faire dans cette entreprise complexe, c’est une étape importante dans la construction d’un réseau de satellite de prochaine génération qui pourra couvrir le globe avec un réseau haut débit fiable et abordable, spécialement pour ceux qui ne sont pas connectés actuellement ». 

Le savoir-faire de Tesla devrait faciliter la mise en place de ce service. Néanmoins de nombreuses questions techniques sont encore à résoudre. La multiplication des satellites de communication, liés aux différents services, va obliger les différents acteurs à placer leurs appareils à de bonnes distances les uns des autres afin d’éviter les interférences, notamment. OneWeb exige ainsi que les satellites soient espacés d’au moins 125 Km.

Par ailleurs, dans sa réponse, la FCC réclame que SpaceX approfondisse ses explications sur la fiabilité de ses satellites et sur les procédures de retrait d’orbite en cas d’avarie ou de panne. L’objectif est évidemment de limiter au maximum les débris encombrants l’espace proche.

En février dernier, la société d’Elon Musk avait mis en orbite les deux premiers satellites de cette constellation en un seul lancement. A l’avenir, il faudra toutefois que SpaceX aille plus vite et multiplie le nombre de satellites placés en orbite avec chaque fusée. D’autant que la société a de grandes ambitions. L’accord de la FCC porte sur les 4425 premiers satellites, mais SpaceX entend en lancer environ 12 000. Une tâche colossale qui pourrait prendre de longues années si jamais elle est achevée.

Source :
TechCrunch
Rapport de la FCC

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original