Bientôt des processeurs siglés Facebook ? Le réseau social projette manifestement de fabriquer ses propres puces si l’on en croit l’annonce passée par la société de Menlo Park (Californie) et débusquée par Bloomberg. Elle recherche un responsable pour créer une équipe « SoC / ASIC, firmware et développement de pilotes de bout en bout ».

Etonnant pour un réseau social ? Pas tellement : ces processeurs pourraient tout à la fois servir dans des appareils destinés au grand public – on sait que Facebook travaille dessus – ou dans des serveurs dédiés à l’intelligence artificielle, de plus en plus utilisés au sein du service. Il ne faut pas oublier que la société détient également Oculus, le concepteur de casques de réalité virtuelle, qui aura certainement besoin de puces pour ses futurs produits.

Une tendance lourde dans la Silicon Valley

Cela permettrait à Facebook de se passer d’un fournisseur tiers, tel que Qualcomm ou Intel. Facebook n’est d’ailleurs pas le seul à enclencher ce mouvement. Apple a été parmi les premiers du genre. Tous ses appareils iOS, watchOS ou tvOS fonctionnent avec des puces maison, tandis qu’un projet existe pour également équiper ses Mac en puces ARM.

Google s’est lui aussi lancé dans l’aventure avec son smartphone Pixel 2, qui embarque une puce chargée de la gestion des images. Enfin, Amazon a emboîté le pas de ses concurrents en février dernier. Intel et Qualcomm vont avoir de moins en moins de clients…

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original