Depuis quelques jours, on sait qu’en matière de messagerie, Google veut arrêter ses investissements dans Allo et concentrer ses efforts sur l’intégration du service messagerie instantanée Chat dans Android Messages. Celle-ci est l’application de base d’Android pour envoyer des SMS et des MMS. Elle est installée par défaut sur les Google Pixel et les modèles de certains autres constructeurs.   

Contrairement à WhatsApp, iMessage et Signal, le service Chat n’est pas chiffré de bout en bout, ce qui donne des ulcères aux défenseurs des droits citoyens comme Amnesty International. L’association est montée sur ses grands chevaux et s’est fendue d’un communiqué au vitriol accusant Google de ne pas « respecter les droits de l’homme ». « Le nouveau service Chat de Google montre un mépris total pour la protection des données personnelles des utilisateurs Android », martèle Amnesty International.

Chat apportera plus de sécurité que le SMS

Pourtant, c’est aller un peu vite en besogne. Tout d’abord, Chat n’est pas un service Google mais un standard télécoms que les opérateurs essayent de lancer depuis plus de dix ans. Chat est le nom sexy de Rich Communication Services (RCS), un protocole de communication qui permet de véhiculer des contenus riches et interactifs. De fait, les messages Chat ne circuleront pas au travers de Google, mais seront gérés par l’opérateur de l’utilisateur. Taper sur Google n’est donc pas vraiment approprié. Tout au plus peut-on regretter que le géant du web n’ait pas réussi à imposer Allo, sa propre application de messagerie instantanée, face à Facebook, WhatsApp ou Apple.

Par ailleurs, il faut souligner que l’intégration de Chat ne va pas abaisser la protection des données personnelles, elle risque même de l’améliorer pour tous ceux – et ils sont nombreux – qui ont l’habitude de n’utiliser que des SMS/MMS. A terme, leurs messages transiteront par RCS dont le niveau de sécurité est quand même nettement supérieur. Le SMS/MMS circule en clair sur le réseau de l’opérateur alors que RCS s’appuie sur les protocoles de chiffrement TLS et SRTP. C’est quand même un progrès.

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original