Non, le format de compression d’image le plus connu (après le Bitmap bien entendu) ne va pas disparaître. N’ayez crainte, le JPEG a encore de beau jour devant lui. Cependant, le consortium à l’origine de sa création, le Joint Photographic Expert Group, a décidé d’étoffer son catalogue avec un nouveau format vidéo, le JPEG XS, décrit comme un « format basse consommation [de données] et complétement open source« .

La spécialité du JPEG XS ? Le streaming vidéo et la VR en direct

Peu « datavore » et taillé pour la diffusion à basse latence, le JPEG XS serait  – selon ses géniteurs – taillé pour être consommé à plein via des connexions Wi-Fi (partagées ou non) et, surtout, par le biais du futur réseau 5G. Il constituerait également une aubaine pour l’espace de stockage des smartphones et autres tablettes. « Plus besoin d’enregistrer le contenu, on le streame » affirme le communiqué de Touradj Ebrahimi, à la tête du JPEG.

Et pour profiter d’une qualité d’image optimale, la compression appliquée aux vidéos en JPEG XS serait moins importante que sur une image JPEG classique. Selon Touradj Ebrahimi : « La compression du JPEG XS demeure moins élevée que celle du JPEG, on passe d’un facteur 10 à un facteur 6. […] De quoi assurer un rendu vidéo sans aucune perte de qualité« . Un rendu qui pourrait atteindre le 8K, avec des débits compris entre 24 et 120 images par seconde selon la définition choisie.

L’Agence Spatiale Européenne déjà intéressée

Outre le fait de profiter plus vite de vidéos ou images haute définition sur les écrans, l’adoption du JPEG XS pourrait permettre d’améliorer encore la qualité de transmission d’images depuis la caméra embarquée d’un drone sur un smartphone ; ou profiter aux divers systèmes embarqués dans les voitures autonomes par exemple.

Dans un premier temps, toutefois, le JPEG XS se destine avant tout aux professionnels du cinéma, de l’édition vidéo mais aussi de l’imagerie spatiale. En effet, l’Agence Spatiale Européenne suit les travaux du JPEG de près car elle voit en le format JPEG XS un excellent moyen d’accélérer les transmissions d’images émises par les sondes spatiales.

Pour l’instant, le JPEG XS est toujours en attente de passer les certifications de l’ISO (International Organization for Standardization) sans lesquelles aucun service ou produit ne peut être lancé.

Sources :
VentureBeat, JPEG.org

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original