Le géant californien GoPro dont nous avions récemment interviewé le fondateur Nick Woodman pourrait reprendre rapidement du poil de la bête… en passant sous pavillon chinois, comme le révèle Bloomberg. En difficultés depuis deux ans, notamment à cause de son essai raté dans le domaine des drones, GoPro avait annoncé aux analystes chercher à vendre certaines de ses technologies sous licences voire à se vendre lui-même. Les deux pistes sont non exclusives et Bloomberg révèle qu’un rapport chinois prouve que le spécialiste de l’électronique Xiaomi a déjà fait une offre à GoPro.

Bloomberg rappelle que le groupe, qui a mandaté la banque d’affaire JPMorgan Chase & Co pour trouver un investisseur, n’est plus côté que 761 millions de dollars. Loin des 10 milliards de dollars, lorsque GoPro était à son pinacle. Selon The Information, qui a réussi à avoir plus de précisions sur le deal, GoPro pourrait espérer être vendu aux alentours du milliard de dollars, Xiaomi ne voulant pas « surpayer ».

Xiaomi a les technos, mais a besoin d’un nom

GoPro a besoin de cash pour continuer son développement, c’est un fait. Mais que peut en retirer le chinois Xiaomi ? Une image globale : que ce soient les PC portables (qu’il copie éhontément sur Apple), les smartphones ou encore les trottinettes et les action-cams, Xiaomi via ses marques Mi (PC) ou Yi (caméras) dispose déjà d’un très grand savoir-faire et sait produire de la qualité. Ce qui manque au chinois ce sont pas que des technologies, mais aussi un portefeuille de brevets – pour être tranquille aux USA et en Europe – et surtout une image de marque. Or GoPro est l’entreprise marketing par excellence, qui a su se tailler une renommée mondiale avec une seule gamme de produits.

Les chinois à fond sur l’image

Si les savoir-faire dans les domaines de la vidéo et de la photo sont ardus à développer, dans ces marchés matures la renommée est encore plus dure à obtenir – nous vous en parlions dans un précédent dossier. Après DJI qui a mis la main sur Hasselblad, notamment pour son savoir-faire en matière de maîtrise des capteurs, ses brevets et son savoir-faire dans la photo aérienne (DJI est le champion du monde des drones civils), Xiaomi pourrait ainsi entrer dans le club photo/vidéo actuellement sous la coupe d’entreprises japonaises.

Il reste à voir si Nick Woodman et le comité de direction de GoPro accepteront une offre qui ne représente plus qu’un dixième ce que valait GoPro du temps de sa splendeur.

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original