Ce n’est pas un secret, la Nintendo Switch est un carton ! D’ici le 31 mars 2018, le créateur de Mario s’attend à écouler 16 millions d’exemplaires de la console dans le monde, soit plus que de Wii U sur l’ensemble de son existence. Malgré un succès commercial indéniable, la Switch n’est pas sans défaut. Avec seulement 32 Go de stockage interne, il ne faut pas compter sur la console pour engranger les dizaines de gigaoctets nécessaires au fonctionnement de certaines licences. Pour pallier cette problématique, Nintendo avait promis le lancement, l’année prochaine, de cartouches 64 Go capables de stocker l’intégralité des données nécessaires au bon déroulement d’un jeu. Mauvaise nouvelle : les développeurs ne pourront finalement pas se procurer ce précieux sésame avant 2019.

Micro SD obligatoire

Actuellement, les cartouches de jeu Switch ne proposent que 32 Go de stockage. Une capacité limitée mais largement suffisante à la plupart des jeux sortis jusque-là. Au fil du temps et des mises à jour, les jeux gagnent en poids, venant déborder sur le stockage interne de la console, lui aussi limité. Sorti récemment, L.A. Noire est devenu le premier jeu Nintendo Switch à indiquer sur sa boîte qu’une carte micro SD était obligatoire. Pour fonctionner, le jeu doit en effet télécharger un contenu additionnel de 14 Go qui vient s’ajouter aux 32 Go déjà présents sur la cartouche. Une expérience qui s’avère plutôt désagréable à l’utilisation.

Avec l’arrivée de licences uniquement commercialisées en version dématérialisée (comme Rocket League par exemple), la problématique du stockage ne cesse de s’intensifier pour Nintendo. Sur le long terme, l’entreprise finira sûrement par proposer une Switch au stockage interne plus important. Mais dans un premier temps, c’est à la caisse que le joueur doit passer en achetant une ou plusieurs cartes micro SD pour faire fonctionner tous ses jeux.

Difficultés de production

Après avoir connu des difficultés à produire la console en début d’année, Nintendo semble rencontrer le même problème avec les cartouches. Selon le Wall Street Journal, la firme de Kyoto avait promis aux développeurs qu’elle mettrait à leur disposition des cartes de 64 Go au second semestre 2018. L’entreprise est finalement revenue sur ses promesses, parlant désormais de 2019 en raison de « problèmes techniques ». Une telle décision pourrait contraindre de gros éditeurs tiers à repousser leurs jeux Switch pour éviter de contraindre les joueurs à acheter une carte SD en plus de leur produit, et d’en rater leur promotion.

L’abonnement en ligne lui aussi repoussé ?

En plus de devoir tirer un trait sur les gros jeux sur cartouche en 2018, Nintendo pourrait également avoir quelques difficultés à concrétiser son service d’abonnement en ligne. Comme le remarque le site WCCFTech, le portail italien du Nintendo Switch Online a brièvement affiché la mention « Disponible en automne 2018 » avant de revenir à un plus flou « 2018 ».

Pour rappel, le concurrent du PlayStation Plus ou du Xbox Live coûtera moins de 20 euros par an et se présentera comme une sorte de « Netflix du jeu-vidéo ».

Source : 
WSJ

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original