La vague de froid « Moscou-Paris » qui a traversé la France a mis en exergue une propriété souvent ignorée des terminaux mobiles, à savoir leur faible résistance au froid. Confrontés aux températures hivernales, leurs appareils se déchargent plus vite, voire s’arrêtent de manière inopinée.

Lionel Morillon, journaliste responsable du labo 01net.com, a profité de l’épisode glacial pour effectuer un test d’autonomie d’un Samsung A5 de première génération (2015) dans deux situations différentes : d’une part à l’intérieur d’un appartement chauffé à 20°C ; d’autre part à l’extérieur sur le balcon, à l’abri du vent, avec une température ambiante variant de -3 °C (au début du test) et -5 °C (à la fin). Voici les courbes de charge de la batterie :

Effectivement, on constate que le téléphone se décharge beaucoup plus vite quand il fait froid. Toutefois, au niveau chimique, ce n’est pas exactement ce qu’il se passe. Plus la température baisse, plus les ions lithium – qui créent le courant électrique dans la batterie – ont tendance à ralentir dans leur migration de l’anode vers la cathode. L’intensité du flux électrique est donc diminuée. Résultat : le smartphone va arriver plus vite au point où la batterie ne pourra plus fournir le courant nécessaire pour fonctionner.

Fausse information

En réalité, la batterie n’est pas déchargée au sens où tous les ions lithium auraient effectué leur traversée. Un certain nombre d’entre eux sont toujours sur l’anode mais, compte tenu du froid, la tension n’est pas suffisante pour les faire bouger. Pour le système d’exploitation du smartphone, qui ne comprend rien à la chimie, tout se passe comme si la batterie était à plat et il affiche « 0% ».  Du coup, si on place de nouveau le smartphone à des températures plus clémentes, la charge va bondir de façon magique.

C’est d’ailleurs exactement ce que nous avons constaté. Après sa décharge complète dans le froid, le smartphone a de nouveau été placé dans le chaud de l’appartement. Au bout de quelques heures, nous avons de nouveau pu l’allumer et son indicateur de charge était à 38 %.

Dernière petite remarque : il ne faut jamais recharger son smartphone dans une température ambiante glaciale. Pour une raison encore inconnue, les ions lithium ont alors tendance à s’agglutiner de façon permanente sur l’anode. La batterie perd alors une partie de sa capacité. Elle peut même finir par exploser. On vous aura prévenu.

Sources : Livescience.com, Lithiumbatteryresearch.com, Thoughtco.com   

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original