Lors de la conférence OCP (Open Compute Project) de San Jose aux Etats-Unis, le constructeur Seagate a montré les avancées de sa technologie MACH.2 pour les disques durs destinés aux datacenters. Elle permet d’atteindre un débit de 480 Mo/s en lecture et en écriture séquentielle, soit un gain de 60% par rapport à un disque doté d’une vitesse de rotation de 15 000 tours par minute. Elle intervient sur les actionneurs (actuators en anglais), c’est-à-dire le mécanisme qui contrôle le déplacement des bras au bout desquels se trouvent les têtes de lecture/écriture. Sur un disque traditionnel, tous les bras se déplacent ensembles pour lire ou écrire les données. Avec MACH.2, deux actionneurs contrôlent la moitié des bras du disque, comme s’il s’agissait de deux unités indépendantes.

Ainsi, le disque peut traiter en même temps deux demandes de données différentes, en particulier celles qui nécessitent des déplacements importants des têtes de lecture.

Des densités d’enregistrement plus élevées

Seagate a également démontré ses avancées dans la technologie HAMR (Heat-Assisted Magnetic Recording), en particulier au niveau de la durée de vie. Ainsi, une tête HAMR a été capable de transférer un total de 3,2 Po de données pendant 6000 heures sans faillir. Selon le constructeur, cela représente plus de 20 fois la quantité de données requise selon les spécifications de l’industrie pour les disques durs des datacenters. La technologie HAMR permet d’augmenter la densité d’enregistrement en chauffant la surface magnétique avec un faisceau laser.

Seagate n’a pour le moment pas indiqué de date de commercialisation de disques durs dotés des technologies MACH.2. En revanche, des modèles HAMR pourraient arriver sur le marché en 2019.

Source : Seagate

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original