Bionic Beaver soit « Castor bionique » en français : c’est le nom de code de la nouvelle version de la distribution Ubuntu officiellement lancée aujourd’hui. Estampillée 18.04 LTS, il s’agit ici de la version « Long term support » c’est-à-dire supportée à long terme par la fondation Ubuntu. Une distribution logiquement appréciée des experts et entreprises qui car ils profitent de 5 ans de suivi des bugs et autres failles quand une version Ubuntu « classique », ne profite que de 9 mois de suivi car elles sont renouvelées tous les 6 mois.

Deux ans après la sortie de la précédente version à support long terme, la 16.04 LTS, la fondation a donc mis à jour sa distribution la plus « pro » avec l’éviction du gestionnaire de bureau Unity au profit de Gnome 3.28, un retour aux sources induit par l’abandon par la fondation Ubuntu du développement d’Unity l’an dernier. Le noyau Linux retenu est le 4.15 ce qui est un peu surprenant puisqu’elle est estampillée « fin de vie » (End Of Life) sur le site kernel.org qui référence la 4.16 en tant que version stable actuelle.

Distribution qui se doit d’être la plus stable possible pendant une longue période, Ubuntu 18.04 LTS n’embarque pas par défaut le moteur d’affichage Wayland qui est pourtant déjà intégré dans les versions classiques d’Ubuntu, mais le très classique X.org, et ce pour des raisons de manque de finition de Wayland. Il faudra attendre 2020 et la version 20.04 LTS pour voir une version « pro » d’Ubuntu faire le grand saut technologique dans la nouvelle génération de moteur d’affichage.

Destiné à un public connaisseur et à la recherche de la stabilité et la sécurité, Ubuntu 18.04 LTS n’embarque pas une pléthore de logiciels tiers et se contente du minimum vital (Firefox 59.0.2, Libre Office 6.0, etc.) afin d’alléger la charge mémoire et limiter les failles potentielles.

Pour cette nouvelle mouture, la fondation Ubuntu a travaillé main dans la main avec Microsoft pour faire en sorte que le système marche le mieux possible avec le système de machines virtuelles Hyper V du géant logiciel américain. Dans l’autre sens, le système Ubuntu 18.04 LTS dispose aussi un d’un système de virtualisation amélioré qui peut charger automatiquement les ISO des systèmes cibles, comme le précisent nos confrères de NextInpact qui ont déjà testé la nouvelle distribution.

Marginale dans les machines grand public, Ubuntu reste une distribution de référence dans le monde professionnel (administration, etc.) notamment grâce à son support technique. Dell propose par exemple des version Ubuntu de ses XPS 13 afin de satisfaire les programmeurs mais aussi certains gouvernements/ministères/entreprises. 

Les amateurs d’améliorations ergonomiques et techniques pures attendront le mois d’octobre 2018 au cours duquel une version 18.10 « grand public » devrait voir le jour.

– télécharger Ubuntu 18.04 LTS

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original