Jusqu’à présent, pour sécuriser ses communications mobiles, il n’y avait pas trop le choix : des applications de type Telegram pour le grand public et des smartphones pas forcément sexy et très limités au niveau applicatif pour les services gouvernementaux et les entreprises. Ces derniers disposent désormais d’une nouvelle alternative. Il s’agit d’une carte SIM certifié EAL 4+ permettant de chiffrer de bout en bout voix, SMS et data : la Cyber SIM d’Orange, présentée la semaine dernière au salon du Mobile World Congress.

Derrière cette technologie, il y a deux sociétés : Ercom et Idemia. La première a mis au point une carte à puce Cryptosmart dont nous vous avions déjà parlé il y a deux ans (dans le Smartphone Hoox m2 de Bull) et qui est utilisée actuellement par le gouvernement français. La seconde l’a intégrée à une carte SIM pour que des opérateurs puissent la proposer plus facilement à leurs clients.

Les clefs sont stockées localement

L'émetteur et le destinataire doivent être équipés de la même SIM et de la même application pour que la communication reste chiffrée de bout en bout.

« Un jeu de clefs de chiffrement est généré automatiquement à chaque appel. Il n’est pas stocké dans la plateforme de mise en relation mais directement dans la carte SIM pour plus de sécurité », souligne Patrick Bauban, chef de produit activités partenaires mobiles chez Idemia.

Cette solution nécessite que l’émetteur et le destinataire, ait équipé leur smartphone de cette carte SIM et qu’ils utilisent tous les deux la même application mobile compagnon. Dans le cas contraire, la communication ne sera protégée que dans un sens. « C’est à chaque entreprise de déterminer les règles. Elle peut tout à fait interdire les appels personnels et circonscrire son usage au réseau de la société, par exemple », nous précise Patrick Bauban.

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original