En début de semaine, les Steam Machines disparaissaient en catimini de Steam, l’hyper marché du jeu vidéo PC de Valve. Petits PC de leur état, ces appareils pouvaient à la fois faire tourner Windows mais aussi et surtout SteamOS, le système d’exploitation maison basé sur un noyau Linux. Et si nous pensions que « l’évanouissement soudain » des plates-formes signifierait également à plus ou moins long terme celle de l’OS, il semble qu’il n’en soit rien !

SteamOS vivra, c’est Valve qui le dit !

C’est un employé de Valve, Pierre-Loup A. Griffais qui s’est chargé de faire un point sur la disparition des PC de jeux et de réaffirmer l’intérêt de la société pour son système Linux dans un post publié sur la page Steam for Linux.
A demi-mot, on pourrait presque comprendre que les Steam Machines ne sont pas tout à fait mortes et enterrées. Certes, l’auteur du post reconnaît qu’elles ne se vendent pas vraiment comme des petits pains. Néanmoins, il réaffirme que les motivations de Valve pour aboutir à une plate-forme de jeu ouverte et compétitive n’ont pas véritablement changé.

Pierre-Loup A. Griffais explique tout d’abord que si la section des Steam Machines a disparu de la barre de navigation principale, c’est principalement parce qu’elle n’attirait que peu de visiteurs (perte de trafic).
Pour autant, Valve n’abandonne pas son projet initial qui est de créer une vraie plate-forme pour le jeu, tournant sous Linux, qui saura se faire acceptée et être utilisée par les développeurs et les consommateurs. Même ceux qui ne sont pas adeptes de Steam.

Le représentant de Valve ajoute que d’autres projets autour de Linux et du système SteamOS sont en cours d’élaboration chez Valve mais qu’il est encore trop tôt pour en parler. SteamOS reste toutefois important aux yeux de Valve. Le maintien de son développement et ses futures améliorations devraient même profiter -plus largement- à toute la communauté Linux.

Enfin, cet employé de Valve évoque tout le travail effectué par les équipes Valve pour proposer des jeux (comme DoTA 2) et applications compatibles avec la très efficace et open-source API Vulkan, taillée aussi bien pour les OS pour ordinateurs (Windows, Linux et macOS) que pour les moutures mobiles (Android et iOS).
Valve semble être déterminé à développer énormément de projets autour de Vulkan afin de l’imposer rapidement dans le monde Linux et d’en faire, peut-être, ce que DirectX est à Windows, une bibliothèque de référence pour le gaming.

Sources :
Valve/Steam et Engadget

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original