Depuis plusieurs semaines, de multiples fuites nous avaient déjà donné un bon aperçu de ce qu’Intel préparait dans ses fonderies pour ce printemps, tant pour nos PC portables que pour les PC de bureau. Et cela se concrétise.

Le fondeur de Santa Clara lance ce jour la quatrième (et dernière ?) vague de processeurs Core de 8ème génération. Et elle est d’ampleur : dix huit processeurs grand public viennent s’ajouter à l’offre d’Intel, dont 9 puces rien que pour tous les PC portables.

Et pour pimenter un peu la chose, cette quatrième vague de processeurs s’accompagne de quelques changements, notamment au niveau des nomenclatures. Mais, n’ayez crainte, on vous explique tout !

Mentionnons d’abord deux petites choses. La première, toutes les puces annoncées aujourd’hui ne sont pas immunisées matériellement contre Spectre et Meltdown. Il faudra donc, si cela n’est pas fait par le constructeur ou l’assembleur du PC, appliquer les mises à jour logicielles développées par Intel, à réception de la machine. Second point, dans la continuité des failles CPU, les chiffres relatifs aux écarts de performances figurant dans les illustrations fournies par Intel et utilisées par nos soins ont été obtenus avec des plate-formes patchées par le fondeur.

Du « 14 nm+ » au « 14 nm++ », le secret pour ajouter des coeurs

Tous les « vieux » Core de septième génération vont enfin pouvoir prendre leur retraite. Les remplaçants flambants neufs arrivent à grand pas et ceux-ci ont été conçus selon le procédé de fabrication 14 nm++ d’Intel, comme les premiers Coffee Lake-S. Le 14 nm++ est une énième amélioration du processus de gravure initial  – le 14 nm, utilisé depuis fin 2014. Ce procédé amélioré permet à Intel de faire encore quelques ajustements au sein des circuits et pousser plus loin certains paramètres… avant de passer enfin au 12 nm sur la prochaine génération ?

Sur cette nouvelle vague, Intel parvient à implanter deux coeurs supplémentaires sur des circuits qui ne pouvaient en contenir que quatre jusqu’alors. De plus, le fondeur procède à l’amélioration du «  Power Delivery » qui, comme son nom le laisse supposer, fait en sorte que la consommation des puces soit toujours plus optimale en fonction de leur activité.

Intel est donc maintenant en capacité de proposer trois puces 6 cœurs pour PC portables, des composants clairement taillés pour le gaming et les applications gourmandes. Plus fort, l’enveloppe thermique est donnée pour 45 watts, soit la même que celle des anciennes puces. En clair, plus puissantes mais pas plus gourmandes… en voilà une bonne nouvelle !

Le premier Core i9 pour PC portable

La plus puissante des trois est unique en son genre puisqu’il s’agit d’un Core i9, premier du nom sur le segment mobile. Overclockable, le Core i9-8950HK se distingue de l’ancien Core i7-7820HK par ses deux cœurs supplémentaires et surtout grâce à sa fonction Intel Thermal Velocity Boost (ITVB). Le Core i9 est d’ailleurs le seul à proposer cette technologie.

Intel Thermal Velocity Boost, Pour faire simple, c’est un Turbo Boost 2 amélioré qui permet à la puce de faire grimper sa fréquence à 4,8 GHz (sur un ou plusieurs coeurs) tant que le processeur reste sous la barre des 50°C. Si la limite de température est atteinte, l’ITVB se coupe et le Turbo Boost reprend la main. Charge à lui de faire varier les fréquences de 2,9 à 4,6 GHz en fonction du nombre de cœurs sollicités par les applications en cours d’exécution.

Intel

Les deux autres processeurs haut de gamme sont les Core i7-8850H et Core i7-8750H. Eux aussi disposent de six cœurs (hyperthreadés) Par ailleurs, le 8850H est qualifié de « partiellement » overclockable. Interrogé à ce propos, les portes-paroles d’Intel nous ont indiqué qu’il était possible de jouer uniquement sur la fréquence (+ 400 MHz maximum) mais les ratios du mode Turbo restent fixes.

Quant aux deux derniers processeurs, les Core i5-8300H et i5-8400H, ce sont des modèles 4 coeurs (hyperthreadés) dont les fréquences, visibles ci-dessus, sont aussi prometteuses pour le gaming !

De nouveaux processeurs « U » avec partie graphique boostée

Intel propose deux familles de contrôleurs graphiques intégrés à ces processeurs : les HD Graphics UHD et les Iris Plus Graphics, les premiers étant moins costauds que les seconds. Pour repérer quel contrôleur se trouve dans un processeur basse consommation – dont la référence se termine par un « U » – il faut regarder le dernier chiffre de la référence.

Si c’est un « 0 » (comme sur le 8550U), c’est le Graphics UHD qui est aux commandes, avec un TDP donné pour 15 watts en tout. Les puces avec Iris Plus Graphics ont un TDP de 28 watts et voient leur nom s’achever par un « 7 ».

Avec l’arrivée de la nouvelle génération, le « 7 » va laisser sa place au « 9 », la consommation est maintenue à 28 watts, malgré l’augmentation du nombre d’unités de calcul présentes sur 3/4 des nouveaux modèles. e visuel ci-dessous vous indique le quarté dans l’ordre !

Intel 8eme Generation

Core i+, une nouvelle dénomination pour populariser Optane

Afin de mettre en avant les solutions de stockage ou d’accélération SSD Optane, Intel lance une nouvelle dénomination de plate-forme, le Core i+.

Celui-ci n’est destiné qu’aux PC portables ou de bureau équipés de puces Core i5, i7 et i9 et d’Optane. Intel espère ainsi commencer à familiariser le consommateur à sa nouvelle technologie de stockage, toujours méconnue du grand public. Et quoi de mieux qu’un nouvel autocollant pour donner un repère visuel ?

Les PC de bureau ne sont pas oubliés

La famille des Coffee Lake-S, les processeurs pour PC de bureau, comptait six membres jusqu’à présent. Et tous connaissent un certain succès depuis leur lancement, si bien qu’il est parfois difficile de mettre la main dessus.

Intel a donc décidé de lancer trois nouvelles puces proposant 4 ou 6 coeurs physiques (non hyperthreadés), avec un TDP 65 watts et dont les prix varient de 138 à 213 dollars.

Et comme si cela ne suffisait pas, le fondeur propose aussi six processeurs, allant du Core i3 au Core i7, orientés basse consommation (frappés d’un « T » au bout de leur référence) puisque l’enveloppe thermique ne dépasse pas 35 watts. En atteste le tableau ci-dessus, plusieurs modèles ont des caractéristiques intéressantes et un prix assez alléchant.

Et pour supporter toutes ses nouvelles références, Intel lance plusieurs jeux de composants pour carte mère, les H370, H310, le Q370 et le B360, tous moins onéreux que l’actuel Z370, le seul à ce jour supportant les processeurs de bureau Intel de huitième génération.

Il faut donc s’attendre à voir débarquer une nouvelle flopée de cartes mères, déclinées dans les semaines qui viennent, dans les catalogues d’Asus, MSI, Gigabyte et consorts.

A quand dans nos PC ?

Tous ces processeurs devraient être plus ou moins rapidement implantés dans des machines constructeurs à sortir entre, au mieux, la mi-avril et, au pire, la rentrée des classes. Bien entendu, toutes les puces pour PC de bureau ainsi que les cartes mères arriveront bien plus vite dans les magasins spécialisés et devraient être disponibles dans quelques jours, voire quelques semaines. Il va peut-être être temps de reconsidérer ce grand projet que vous remettez sans cesse à plus tard : changer votre PC vieillissant pour un modèle flambant neuf, tout fait ou assemblé par vos soins.

Cet article a été importé d’un feed RSS, cliquez-ici pour voir l’article original